Actualité, Associations, L'église

JEP 2019 : Venez visiter le clocher !

Exceptionnel !

Une visite insolite du clocher de l’église Saint-Barthélémy de Gumières sera organisée ce dimanche par l‘association A.C.P. dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine.

Venez nombreux découvrir ou redécouvrir la salle de l’horloge, son armoire aux inscriptions mystérieuses ainsi que sa superbe mécanique.

Au sommet de l’édifice, vous pourrez contempler le magnifique beffroi du 15ème siècle et vibrer au son de ses deux cloches (prévoir des protections auditives).

La visite sera réalisée par petits groupes
le dimanche 22 septembre de 14h à 18h

Entrée libre

renseignements : Madame Anne MASSIP / 06 74 91 14 87

à propos de l’église…

(source https://paysdegumieres.fr/histoire/leglise-de-gumieres/)

L’église est sous le vocable de Saint Barthélémy depuis 1376 mais, dans son état actuel, semble avoir été reconstruite fin XVème/début XVIème même s’il reste des traces d’un édifice antérieur. L’édifice est d’une belle unité et présente les caractères de l’école architecturale à laquelle appartient la Chaise-Dieu.
Le clocher s’élève sur la façade; en avant est un porche voûté sur nervures. Sa clef de voûte porte les armes des Ducs de Bourbon : “d’azur à trois fleurs de lys avec une cotice de gueule”. A droite et à gauche, on voit une gargouille. Sur le côté Nord est visible une pierre sculptée représentant un animal – un lion ? – peut-être un vestige du premier prieuré. Autour de l’église, une suite de contreforts, bas et larges, forment presque une ordonnance à la manière antique. A l’intérieur, les nef et bas-côtés sont voûtés, avec nervures saillantes, continuées en partie sur les piliers. Aux baies sont des meneaux ou des trilobés. Aux clefs de voûte sont des motifs de sculpture variés ou armoriés. Dans un des piliers, on peut voir un petit bénitier sculpté dans la pierre. L’église contient quelques boiseries intéressantes : dans le chœur, on peut admirer de belles stalles. A remarquer également la chaire ainsi qu’un confessionnal d’époque Restauration – 1824 – décoré d’une fleur de lis bien dans l’esprit du temps.
Endommagée en 1832 par un incendie, l’église fut réparée à cette époque par le curé Bertrand qui écrivit directement au roi Louis-Philippe et en obtint un secours de 5000 F.