Découvrir, Patrimoine et histoire

Commémoration 23 Juillet 2017


stéle

La commémoration de l’action du réseau de Résistance «Buckmaster groupe Ange» a eu lieu le dimanche 23 juillet 2017 à 11h 00 à Gumières vers le Col des Limites devant la sculpture du «maquisard blessé».

Buckmaster Ange

cérémonie commémorative en mémoire du groupe Ange

LE RESEAU PUIS MAQUIS « ANGE-BUCKMASTER »

Comme chaque année, la commune de Gumières et ses habitants se rassemblent fin juillet au Col des Limites pour la cérémonie BUCKMASTER Groupe  Ange devant la sculpture du « maquisard blessé » pour commémorer  l’action du réseau de Résistance «Ange». La liste de ses morts gravée dans la pierre rappelle la présence de ce maquis tout près d’ici, sur les crêtes du Haut-Forez.

Maurice Buckmaster, né le 11 janvier 1902 à Rugeley (Angleterre), mort le 17 avril 1992, est un homme d’affaires et journaliste britannique, surtout connu comme chef, pendant la Seconde Guerre mondiale, de la section F du service secret britannique SOE (Special Operations Executive), section chargée des actions de sabotage et du soutien à la Résistance intérieure française.

Huit réseaux membres du conseil national de la résistance furent mis en place en 1943. Ils étaient épaulés par près d’une trentaine de groupes résistants et quatre sections britanniques du Spécial Opérations Exécutive, service secret créé le 19 juillet 1940 par Sir Winston Churchill.

L’action violente commence en 1942 par des sabotages. 1943 se traduit par une montée en puissance avec 30 sabotages et 4 attentats pour les six premiers mois puis 101 sabotages et 133 attentats pour les six mois suivants

 « Ange » entreprend une impressionnante série de sabotages en 1944 .

Au 1er  juin 1944, « Ange » reconstitue un maquis dans les Monts du Forez, notamment à Gumières. Depuis le café du Roy, porte d’accès au maquis jusqu’à la jasserie de Pivadan qui lui servait de poste de commandement, le groupe Ange, fort de 150 hommes, opéra de multiples actions, allant d’opérations de liaisons, d’organisation de sabotages des intérêts ennemis à la réception de parachutages non loin de Baracuchet.

Le maquis était subdivisé en six groupes. Tous les deux jours, des hommes partaient en opération.  Bien alimenté en armes, « Ange » fournit un important soutien logistique à d’autres maquis.

Le 6 juin 1944, les Alliés débarquent en Normandie ; le débarquement du 15 août 1944 en Provence accélère les événements dans notre région puisque les troupes allemandes du Sud l’évacuent pour éviter la capture.

Durant l’été 1944, les affrontements s’intensifient. En août 1944, un accrochage – qui aurait pu tourner au massacre – a lieu à Lérigneux, à quelques kilomètres d’ici. On y voit s’affronter le 7 août 1944 près de 650 hommes dont 400 GMR (groupes mobiles de réserve de Vichy) aux maquis de résistance FTP (Francs- tireurs et partisans) Lucien Sampaix.

L’intervention du groupe Ange sera déterminante au prix de 3 morts .

Quelques jours plus tard, fin août 1944, lors de sa dernière action de guerre, le groupe Ange perdra neuf hommes dont deux disparus lors du combat de Saint-Michel sur Rhône.

Grâce à eux, la commune de St Michel sur Rhône sera sauvée d’un massacre inéluctable ainsi que d’autres sites.