Actualité, École, Vie sociale

Des ânes et des moutons…à l’école de Gumières! Quelle drôle d’affaire!


Des ânes et des moutons…à l’école de Gumières! Quelle drôle d’affaire!

Que se passe -t-il donc ?

Une nouvelle tombe comme un couperet : à la rentrée prochaine, l’école basée à Gumières perdra une classe.
« Actuellement, l’école accueille 47 élèves répartis en trois classes : maternelle ; CP CE1 et CE2, CM1, CM2. Trois enseignantes sont présentes. À la rentrée prochaine, il y aura 51 enfants d’inscrits, soit 29 élèves par classe pour 4 niveaux.  Malgré ces chiffres, l’inspection d’académie souhaite fermer une classe » explique Ninon Lubineau, déléguée des parents d’élèves. 51 enfants d’inscrits, soit 29 élèves par classe pour 4 niveaux. 

Ce jeudi 13 juin 2019
Les parents des communes de Gumières et Chazelles-sur-Lavieu, dans le Forez, ont décidé de ne pas mettre leurs enfants à l’école. Ils sont vent debout contre la suppression d’une classe et souhaitent le faire entendre!

« Les cours n’ont pas été maintenus, mais de nombreuses activités et des jeux ont été proposés aux élèves.Les parents et habitants des deux communes ont répondu présents pour assurer la sécurité des enfants et l’organisation de cette journée particulière. »

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Ce matin, les enfants sont remplacés par de nouveaux pensionnaires : des ânes et des moutons occupent la cour de l’école, toute une symbolique !

Cliquez sur les photos pour les agrandir

« C’est clairement pour dire  qu’on n’est pas des moutons et qu’on n’a pas envie qu’on nous prenne pour des ânes non plus. C’est un peu symbolique de remplacer nos élèves par des animaux, on n’a pas envie qu’ils soient entassés comme des animaux élevés en batterie dans leur classe. On a envie qu’ils aient la possibilité d’apprendre correctement. en plus on a des enseignantes très chouettes  qui veulent travailler correctement dans leur classe, simplement si on leur surcharge leur classe, elles s’en sortent plus avec aujourd’hui des enfants qui ont des besoins particulier pour certains, qui ont parfois des handicaps, parfois des demandes particulières. Il faut qu’on arrive à avoir une école de qualité pour tout le monde »

Vendredi 14 juin 2019
Reportage sur la chaîne de télévision régionale  « TL7 », interview des parents et des enfants de l’école. 
Voir la vidéo :
https://www.dailymotion.com/video/x7b4yth

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Un deuxième article est publié dans la presse locale.
Les ânes et les moutons regagnent leur pré vert.

Des panneaux et affiches fleurissent dans le village et sur la route.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Lundi 17 juin 2019

Les cours n’ont toujours pas été maintenus, mais de nombreuses activités et des jeux ont été proposés aux élèves.

jeudi 20 juin à 16h30
Nouveau tournant dans l’action: « nous avons empêché les maîtresses de quitter leur lieu de travail. Elles en ont informé leur hiérarchie, en leur précisant que nous souhaitions leur parler directement pour faire entendre notre revendication. » 

Cliquez sur les photos pour les agrandir

L’inspection d’académie n’a pas daigné nous passer un coup de téléphone pour discuter de nos attentes.
« Ce sont donc les gendarmes qui sont venus (prévenus par l’inspection d’académie) et qui ont « libéré » les maîtresses. Ils ont fait remonter l’information au préfet, ce que nous attendions. »

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Vendredi 21 juin 2019 
« Vendredi à 8h30, nous rencontrons un responsable de la gendarmerie de St Etienne et nous lui avons  fait part de notre situation. Nous l’avons informé de nos demandes et de notre déception face à l’inspection d’académie, qui ignore nos messages et ne nous répond pas. Il va de son côté faire remonter ces informations au préfet, et mettre en avant nos effectifs 2019. Madeleine à également installé une de nos banderoles au carrefour, sur des grandes bottes de paille, pour plus de visibilité. »

 

Lundi 24 juin 2019

Le « char école », avec bureaux d’élèves, tableau noir et carte de la France, a été installé au carrefour de l’entrée du village.

 

Pour les habitants, « cette école est essentielle à la vie de nos communes et chacun a conscience de l’importance que représente le maintient de ces trois classes ». D’autant plus que les enfants au nombre de cinquante et un inscrits pour la rentrée 2019/2020 seront au-dessus des effectifs souhaités par le Gouvernement.

Quelle drôle d’affaire … affaire à suivre.